Chakib Khelil s’attire les foudres de la population à Chlef

Le passage de l’ancien ministre de l’Energie Chakib Khelil dans les zaouïas de la wilaya de Chlef n’a pas été aussi calme que ses précédents déplacements dans d’autres régions du pays. L’ancien ministre de l’Energie, qui fait l’objet d’une surmédiatisation, n’a pas reçu l’accueil qu’il voulait dans une bourgade reculée de la commune de Aïn Lamrane. En effet, le cortège de Chakib Khelil, qui a bénéficié d’un important cordon de sécurité, a été chahuté par des habitants qui qualifiaient sa visite de «provocation». Rachid Nekkaz, ex-candidat à la présidentielle, a été parmi les protestataires qui ont dénoncé la vue de cet homme dont le nom est associé à plusieurs affaires de corruption.

Selon le bureau de Chlef de la Ligue algérienne pour la défense des droits de l’homme (LADDH), qui s’élève contre la tournée «indécente» de Chakib Khelil dans les zaouïas, les habitants de Aïn Lamrane se sont senti agressés par cette visite. «S’il a (Chakib Khelil) des problèmes avec la justice ou avec les hommes politiques, qu’il les règle loin de nous. Nous refusons que les zaouïas soient une vitrine médiatique de ses sorties», rapporte un habitant cité par le bureau de Chlef de la LADDH qui fait état de la colère de la population de la commune de Aïn Lamrane suite à la visite de Chakib Khelil dans la zaouïa locale Sidi Bouchaïb.

Le chargé des dossiers spéciaux au sein de la LADDH, Houari Kaddour, a ainsi vivement dénoncé «l’usage des politiciens des mosquées et des zaouïas afin qu’ils fassent passer des messages à la manière colonialiste». Ce responsable au sein de la LADDH met en garde dans ce sillage le pouvoir quant au risque de dérapages que puisse provoquer l’implication des religieux dans la politique. «Regardons autour de nous, dans le monde arabe, combien de guerres déclenchées au nom de la religion !

Ces guerres ne sont que la conséquence de l’implication des religieux dans le jeu politique. Des religieux qui font croire que ne pas être d’accord avec eux est un péché», souligne Houari Kaddour pour lequel la tournée de Chakib Khelil dans les zaouïas est un précédent dangereux. De retour de son exil doré aux Etats-Unis, l’ancien ministre de l’Energie tente par la «bénédiction» des zaouïas de se refaire une virginité.

Auteur : LADDH

La Ligue Algérienne pour la Défense des Droits de l’Homme (LADDH) est une association nationale à but non lucratif soumise aux dispositions de la loi 12/06 du 12 janvier 2012 relative aux associations. Elle a été créée en 1985 par un groupe de militants . Officiellement reconnue par les autorités, le 26 juillet 1989, après l’ouverture politique arrachée par les événements du 5 octobre 1988../ contact : laddhalgerie@gmail.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *