Chute du pouvoir d’achat : la LADDH exprime ses inquiétudes …

La Ligue algérienne de la protection des droits de l’homme de la wilaya de Chlef (LADDH), a rendu public un communiqué de presse, dans lequel elle s’est étalée sur la cherté de la vie en Algérie et la dégradation du pouvoir d’achat.

Ainsi, le front social dans cette wilaya risque de revenir à la charge durant la rentrée sociale. A cet effet, la LADDH a affirmé, dans le même communiqué, que cette tension est due au ras-le-bol des Chélifiens, qui souffrent chaque jour le martyre aux marchés à cause de la cherté de la vie. Selon un sondage réalisé par le bureau de LADDH de la wilaya de Chlef, la frange des travailleurs chélifiens revendique un  » salaire digne « , celui-ci est estimé à 60 000 DA par mois.

Ce chiffre leur permettra de faire face à la cherté de la vie. Le même sondage a révélé, en outre, que les travailleurs sont de plus en plus mécontents quant aux payes qu’ils touchent.  » Cette rémunération n’est guère en harmonie avec les lois du marché, et la faiblesse du pouvoir d’achat  » peut-on lire sur le même document. Sur un autre sillage, les syndicalistes ont, eux aussi, montré leur pessimisme quant à l’abrogation de l’article 87 bis de la loi n ° 90-11 du 21 avril 1990 relative aux relations de travail. A cet effet, le syndicaliste M. Tayeb Kasemi a déploré le fait que  » l’inflation ait connu une tendance haussière au cours de ces dernières années « . Il a, sur soutenu  » les prix se dirigent toujours vers la hausse. Auparavant, ils connaissaient chaque année, une inflation de 1% à 2%, mais désormais les chiffres ont explosé, ils ont atteint ainsi 30% à 45% de hausse, ce qui constitue une menace réelle qui pèse sur l’avenir des salaires des travailleurs « .

Egalement, le syndicaliste a affirmé que  » la cause principale de l’inflation est le marché libéral « . Avant de poursuivre,  » les commerçants sans scrupule augmentent les prix des produits à large consommation sans se préoccuper des simples citoyens « . De surcroit, le LADDH a affirmé, dans le même communiqué, que  » les travailleurs de la wilaya de Chlef espèrent connaitre une amélioration de leurs conditions de vie « .
 » Cet objectif ne se réalisera pas sans déploiement d’efforts de la part du gouvernement « , peut-t-on lire sur le même document. Avant de rajouter,  » la grilles des salaires doit être revue, afin de répondre aux besoins des citoyens, essentiellement, les retraités qui touchent moins de 12 000 DA par mois « .

Le sondage rapporte, entre autres, quelques témoignages des travailleurs de cette wilaya. À titre d’exemple, un certain Mohamed, qui travaille dans le secteur du bâtiment, qui a regretté  » qu’avec un salaire de 15 000 DA par mois c’est difficile de subvenir aux besoins de tout ma famille ». Dans le même contexte, un retraité qui travaillait dans le secteur des transports a dit  » avec 19 000 DA ce n’est pas évident de régler les factures d’eau, d’électricité, et de loyer et en même temps couvrir les frais des 5 membres de ma famille « . À son tour, une vendeuse qui travaille plus de 12 heures par jour a indiqué  » pour un salaire de 17 000 DA sans assurance on se retrouve exploité « .

Pour plus d’éclaircissement concernant les raisons de la hausse des prix et la baisse du pouvoir d’achat, la LADDH a expliqué ça en disant  » ces causes sont multiples, on peut citer parmi ces raisons le manque d’outils financiers nécessaires pour lutter contre l’inflation, le manque d’une politique qui soutient et encourage la production locale et qui protège les producteurs nationaux contre la concurrence étrangère, hausse des prix des denrées alimentaires à la suite de diverses taxes élevées « .

Pour y remédier à la situation, la LADDH de Chlef a proposé quelques solutions, à l’instar de l’ajustement des prix des fruits et légumes, l’intensification du réseau de distribution en installant un grand nombre possible de marchés de gros, création d’un office pour ajuster et assurer la commercialisation de la viande qui peut affecter directement leur prix, relancer le système de coopératives de consommateurs, revoir la fiscalité et les droits de douane afin de créer de la cohérence avec les objectifs de promotion du produit national et de créer des emplois et protéger le pouvoir d’achat du citoyen.

Auteur : LADDH

La Ligue Algérienne pour la Défense des Droits de l’Homme (LADDH) est une association nationale à but non lucratif soumise aux dispositions de la loi 12/06 du 12 janvier 2012 relative aux associations. Elle a été créée en 1985 par un groupe de militants . Officiellement reconnue par les autorités, le 26 juillet 1989, après l’ouverture politique arrachée par les événements du 5 octobre 1988../ contact : laddhalgerie@gmail.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *