Baisse drastique du pouvoir d’achat : La LADDH alarmée

La Ligue Algérienne pour la Défense des Droits de l’Homme (LADDH) tire la sonnette d’alarme quant à  » l’anéantissement  » du pouvoir d’achat des Algériens dû à la cherté de la vie, où il s’agit, selon elle, d’une conséquence directe de la hausse extravagante des produits alimentaires.

Dans un communiqué parvenu à notre rédaction, la LADDH a affiché sa  » grande inquiétude quant à la hausse vertigineuse des prix de produits alimentaires de large consommation ayant une relation vitale avec la vie quotidienne des citoyens « , s’est-elle s’inquiétée.  » Le front social fait face, durant l’actuelle conjecture, à des prix qui sort de tout contrôle, s’agissant notamment des produits essentiels. La hausse vertigineuse et non justifiée des prix ne peut pas être en équivalence avec le pouvoir d’achat du consommateur au moment où les conditions économiques se détériorent « , indique la LADDH. Cette dernière affirme  » que le gouvernement a affaibli le pouvoir d’achat des citoyens, une raison qu’elle l’a poussé à tirer la sonnette d’alarme et d’affirmer que cet effondrement (du pouvoir d’achat) et les politiques populistes qui ne faisaient qu’accentuer la marginalisation, l’exclusion et l’appauvrissement des classes démunies du peuple algérien, peut déclencher une explosion (sociale) prochaine. La poursuite de cette politique est un signe de l’arrivée d’une catastrophe sociale en Algérie « , s’alarme la LADDH. L’instance s’interroge sur la hausse des prix des produits alimentaires ces derniers jours de près de 60 % sur les marchés nationaux alors que l’organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculteur (FAO) a affirmé dans son rapport qu’il y’a une baisse des prix des produits alimentaires de 19.2 %.  » Les facteurs font état que le front social s’assoie sur un brasier si le gouvernement n’intervient pas afin d’apaiser la tension. S’agissant des chiffres, la DGSN a enregistré durant les six premiers mois de l’année en cours la hausse par un degré inquiétant de la cadence des manifestations où le nombre d’actions signalées sont de l’ordre de 6188. Une hausse de 62 % en comparaison à la même période de l’année 2014 où il y a que 3866 de manifestations enregistrées « .

Dans ce sillage, le secrétaire national des dossiers spéciaux de LADDH, Houari Kaddour affirme dans le communiqué que  » le feuilleton de l’affaiblissement du pouvoir d’achat de larges pans de la société algérienne est toujours en cours, d’autant que le gouvernement n’a pas mis en place des solutions afin d’éviter la crise résulté par l’effondrement des cours du pétrole sauf des décisions qui ont accentué la hausse des prix des produits alimentaires. Les citoyens ont reçu aussi, à la fin du mois de juillet dernier, une puissante gifle à travers la LFC 2015 concernant notamment l’augmentation des taxes sur la valeur ajoutée qui sera négative sur le consommateur « .

Par ailleurs, la LADDH estime qu’il un impact de la dévalorisation du Dinars sur les citoyens.  » Paradoxalement, la dépréciation du Dinars s’est transformé d’une malédiction pour le citoyen vers une bénédiction pour les commerçants où ces derniers se sont précipités à l’augmentation des prix de tous les produits que ce soit locaux ou importés, et cela sous prétexte de l’effondrement de la valeur de la monnaie nationale vis-à-vis du devise « , dénonce la LADDH. Cette dernière enchaine dans le même sillage en affirmant que l’insistance du gouvernement et les lobbies du commerce de continuer à affaiblir le pouvoir d’achat de la majeure partie d’Algériens va accentuer le climat social tendu en poussant les couches sociales à manifester au moment où les députés et les élus de la nation ne se préoccupent que de leurs affaires personnelles sans avoir aucune considération envers le peuple « , regrette la LADDH dans son communiqué.

L’instance dénonce enfin les mesures qui consacrent la pauvreté en portant un coup dur au pouvoir d’achat qui est considéré en tant que atteinte aux droits économiques et sociaux des composantes de la société. D’un autre côté, la LADDH réitère son soutien envers toutes les parties qui militent pour un meilleur cadre de vie, à savoir les syndicats, les associations…Ets.

Auteur : LADDH

La Ligue Algérienne pour la Défense des Droits de l’Homme (LADDH) est une association nationale à but non lucratif soumise aux dispositions de la loi 12/06 du 12 janvier 2012 relative aux associations. Elle a été créée en 1985 par un groupe de militants . Officiellement reconnue par les autorités, le 26 juillet 1989, après l’ouverture politique arrachée par les événements du 5 octobre 1988../ contact : laddhalgerie@gmail.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *