La LADDH accuse l’UE de transformer la Méditerranée en «vaste cimetière»

Suite au sommet extraordinaire de l’Union européenne a  Bruxelles du 23 avril 2015 ,la Ligue Algérienne pour la Défense des droits de l’Homme exprime sa profonde préoccupation , notamment le Secrétaire National chargé  des dossiers  spécialisés,  en l’occurrence Mr Houari Kaddour  est convaincue que ce phénomène  en Méditerranée, ne trouvera pas de solution avant qu’un dialogue ouvert avec une coopération  économie équitable  entre les pays de la rive ( Nord- Sud ) , il faut faire un pas décisif pour la lutte contre les vraies causes de la migration clandestine et non seulement  sécuritaires .

À cet égard, Mr HOUARI Kaddour  Secrétaire National chargé  des dossiers  spécialisés de la LADDH  pense nul ne peut être insensible à ces images de détresse absolue et de désespoir total qui bouleversent à juste titre les consciences de la société civil ,des hommes, des femmes et des enfants désespérés ont été livrés à eux-mêmes, en pleine mer, des jours durant, tandis que les États discutaient du lieu où il fallait les conduire. tandis que leurs appels de détresse demeuraient sans réponse.

 

La LADDH  croire que ces images très médiatisées ne représentent pourtant qu’une partie de l’immigration clandestine, Parmi ceux qui parviennent à atteindre l’Europe, beaucoup se retrouvent en détention pendant des périodes prolongées. Les États se servent de la détention comme d’un moyen de dissuasion, certains pays ont introduit des sanctions pénales pour l’entrée sur le territoire ou le séjour irrégulier. D’autres sanctionnent également ceux qui viennent en aide aux migrants en situation irrégulière.

Mr HOUARI Kaddour  Secrétaire National chargé  des dossiers  spécialisés de la LADDH attirer l’attention de l’opinion publique nationale et internationale  que quatorze  touristes algériens (13 hommes et une femme) actuellement en détention dans une prison maltaise ont lancé hier un cri de détresse a Mr HOUARI Kaddour  Secrétaire National chargé  des dossiers  spécialisés de la LADDH. Comme en signale que les ressortissants algériens ont été arrêtés jeudi 23 avril à leur descente de l’avion d’Air Malta qui assurait le vol Alger-La Valette. Les détenus originaires de plusieurs villes du centre et de l’est du pays (Alger, Blida, Médéa, Boumerdes, Batna, Constantine, Sétif et Oum EL-Bouaghi) ne savent plus à quel saint se vouer. ils n’ont reçu jusqu’à maintenant (26/05/2015) aucune explication quant aux raisons réelles de leur détention malgré ils ont entrer  légales avec des visa .

Les quatorze ressortissants algériens (e) detenus ont entame ce samedi 25/04/2015 une grève de la faim  pour protester contre les agissements

D’après les détenus sont maltraités et après avoir passé une nuit dans une cellule à l’aéroport de la Valette, les quatorze captifs ont été transférés, 24/04/2015, dans une caserne en face de l’aérogare.

Mr HOUARI Kaddour  Secrétaire National chargé  des dossiers  spécialisés de la LADDH pense que l’union européenne, se trompent de cible. “La quasi-totalité de cet argent a été dépensé pour renforcer la sécurité et non pour les jeunes chômeurs ».

 

La LADDH rappel l’union européenne, la liberté de circulation et d’établissement est rattachée aux grandes libertés sur un fondement à la fois conventionnel et coutumier. Elle découle des principes généraux de l’article 3 de la Déclaration : « Tout individu a droit à la vie, à la liberté et à la sûreté de sa personne. » Cela serait suffisant en soi pour fonder la liberté de circulation. Mais le droit de circulation est précisé dans l’article 13 : « Toute personne a le droit de circuler et de choisir sa résidence à l’intérieur d’un Etat et toute personne a le droit de quitter tout pays, y compris le sien, et de revenir dans son pays. » C’est une liberté pure, sans conditions. La vraie liberté que nous partageons entre tous les humains. L’asile, qui est conditionné à la persécution, est une institution en soi différente, faisant l’objet d’autres dispositions ; même si les choses se complètent et si, dans la réalité du phénomène migratoire, elles sont étroitement mêlées. La liberté pure de circuler est reprise dans des termes quasi identiques dans le Pacte international relatif aux droits civils et politiques de 1966 à l’article 12. Or, du point de vue de leur force juridique, les pactes ont valeur obligatoire : il s’agit de traités ratifiés, correspondant à des engagements des Etats.

 

Mr HOUARI Kaddour  Secrétaire National chargé  des dossiers  spécialisés de la LADDH  demande  aux politiciens  les deux rives Méditerranée  qu’il faut  comprendre bien  ce phénomène.

 

Nous avons tous à l’esprit l’image des migrants  bien souvent en y laissant leur vie dans le mer , dans moins une  année nous avons reçus des dizaines de familles plus 180 familles cherches leur enfants certaines disparus depuis 2008  .

 

Malheureusement chaque année, des dizaine de jeunes bravent la mort ,le phénomène est un vrai casse-tête pour les responsables Algérien et a l’union  européenne chargés de ce dossier. La dissuasion par la répression s’est avérée inefficace. La loi Algérien punissant toute personne qui tente de quitter illégalement le territoire national de 2 à 6 mois de prison ainsi que d’une amende de 20.000 à 60.000 dinars s’est avérée bien peu dissuasive et pratiquement d’aucune efficacité pour ne serait-ce que juguler ce fléau.

 

La LADDH  elle a constaté que  les candidats à l’immigration clandestine par le biais de la «Harraga» ne reculeront devant rien. Pas même devant la mort. Si c’est le prix qu’ils devront payer rien que pour caresser le fol espoir d’une vie meilleure outre Méditerranée, alors, même le risque fort probable de se retrouver outre-tombe, ne les effraiera pas. Ils demeurent prêts à relever le défi, à affronter toute mer démontée et ses vagues en furie.

 

Mr HOUARI Kaddour  Secrétaire National chargé  des dossiers  spécialisés de la LADDH  considère que toute politique de restriction dans ce sens n’a pas de fondements humanitaires et qu’elle touche au pire les groupes de personnes qui ont le plus besoin de solutions concrètes aux écarts et disparités de développement qu’ils vivent au quotidien dans les pays du sud de la Méditerranée.

 

Le manque de perspectives d’avenir, l’instabilité, le chômage et la misère incitent certaines personnes à quitter leur pays au sud de la Méditerranée. Les restrictions dans la délivrance de visas les contraignent à rechercher des moyens illégaux d’entrer en Europe. Les conditions dans lesquelles ces personnes passent clandestinement d’Afrique en Europe sont effrayantes et ne pourront s’améliorer que si un certain nombre de mesures sont prises rapidement. Les Etats membres du Conseil de l’Europe doivent se rappeler que l’émigration est un droit fondamental de l’homme, et se préparer en conséquence à accepter le phénomène d’une migration stable et durable, ainsi qu’à régulariser la situation des migrants clandestins.

 

Des dizaines  corps d’Algériens se trouvant dans les morgues espagnoles. Almeria, Alicante et d’autres villes encore a l’italie. «Les corps qui sont déposés dans les morgues des villes, à Almeria ou ailleurs, certains depuis six mois, d’autres depuis un ans, sont en état de décomposition avancé», Cette comptabilité macabre ne diminue en rien le calvaire de ces damnés de la terre. Une mort d’Algérien dans des conditions aussi dramatiques qu’insupportables est une mort de trop. Et il n’y a pas lieu à ce qu’elles se comptent par centaines ou par milliers pour s’en émouvoir.

 

Mr HOUARI Kaddour  Secrétaire National chargé  des dossiers  spécialisés de la LADDH  affirme que chaque année plus 5000 expulsés  Algériens (es) et reconduits vers l’Algérie à partir des pays européens.

 

Mr HOUARI Kaddour  Secrétaire National chargé  des dossiers  spécialisés de la LADDH  demande  à l’Etat Algérien de lever les verrous bureaucratiques pour qu’ils puissent venir en aide aux jeunes Algériens détenus dans les prisons (Espagne – France – Belgique Italie – Grèce….etc ) , ceux qui tentent de survivre dans la clandestinité, et pourquoi pas rapatrier les corps en décomposition dans les morgues. « Des hommes d’affaires algériens, des associations et autres bienfaiteurs sont prêts à nous aider, disent-ils, mais il est difficile d’avoir toutes les autorisations pour pouvoir le faire. » Il est tout de même honteux que ce soit les associations humanitaires belges et suisses qui viennent au secours des jeunes Algériens en détresse.

 

Mr HOUARI Kaddour  Secrétaire National chargé  des dossiers  spécialisés de la LADDH   tente une nouvelle fois de tirer la sonnette d’alarme et réclame une « stratégie claire » à l’Union européenne et  au gouvernement algérien , en demande que  les populations en mouvement ne doivent plus être victimes d’atteintes aux droits humains en raison de leur statut migratoire. Ceux qui sont exploités ou dont les droits sont bafoués doivent pouvoir en appeler à la justice.

 

 

P/ Bureau National

Secrétaire National chargé  des dossiers  spécialisés.

HOUARI Kaddour

 

Auteur : LADDH

La Ligue Algérienne pour la Défense des Droits de l’Homme (LADDH) est une association nationale à but non lucratif soumise aux dispositions de la loi 12/06 du 12 janvier 2012 relative aux associations. Elle a été créée en 1985 par un groupe de militants . Officiellement reconnue par les autorités, le 26 juillet 1989, après l’ouverture politique arrachée par les événements du 5 octobre 1988../ contact : laddhalgerie@gmail.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *