La LADDH précise : Refoulement de migrants arabes

La ligue Algérienne de la Défense des Droits de l’Homme suit de prés les rapports envoyés de l’Algérie à certains pays et organisations occidentaux au nom de la LADDH et dément catégoriquement avoir adressé des rapports à des ONG, des instances régionales, européennes ou internationales relatifs à des opérations de rapatriement de migrants arabes.

Par ailleurs  Mr Houari Kaddour président de la ligue Algérienne de la Défense des Droits de l’Homme (LADDH) affirme avoir été surprise par ce constat et assure qu’elle s’échine à découvrir qui aurait été  derrière cette manipulation pour nuire à l’image de l’Algérie.

La LADDH souligne que l’auteur de ces comptes rendus qui lui ont été attribués accuse, entre autres, l’Algérie d’avoir mené, du 25 au 26 décembre, une opération de renvoi d’une cinquantaine de migrants, des Syriens et des Yéménites, vers le Niger. Ce même auteur, non encore identifié, ajoute que «les migrants ont été transportés dans des bus alloués par le Croissant Rouge algérien.

Ce que la LADDH considère comme archifaux, regrettant que des médias aient donné de l’écho à ces faux comptes rendus qui lui ont été attribués et que  l’objectif de l’auteur de ces faux rapports est d’induire en erreur l’opinion publique nationale et internationale pour gagner de l’argent auprès de certains cercles occidentaux». La LADDH poursuit en affirmant qu’en décembre 2018 il y a eu une opération de rapatriement à partir de Tamanrasset vers le Niger en étroite coordination avec les autorités nigériennes et en accord avec le bureau d’Alger du Haut Commissariat aux réfugiés (HCR).

Ce n’est pas la première fois que l’Algérie fait face à des manipulations liées au traitement réservé aux migrants. Plusieurs fois, elle a été accusée par, notamment, des officines et des médias étrangers d’avoir refoulé de manière arbitraire des migrants clandestins. Des accusations qui n’ont jamais été étayées de preuves mais qui ont toujours bénéficié d’un large écho médiatique, notamment chez nos voisins marocains et leurs relais en France.

Dans ce contexte, la ligue Algérienne de la Défense des Droits de l’Homme s’interroge sur les rapports injustes, surtout qu’ils sont élaborés par des pseudo militants des droits de l’Homme qui se sont habitués de bénéficier des fonds illicites loin des principes des activités des droits de l’Homme ainsi que le droit international portant le financement de la société civile par l’Étranger, en effet ce groupe de militants des droits de l’Homme , depuis 2008 n’ont pas saisi les autorités compétentes en Algérie de leur rapport financier de l’exercice, visé par un comptable agréé.

La ligue Algérienne de la Défense des Droits de l’Homme informe l’opinion publique nationale et tous médias visuels, écrits et électroniques que depuis le 18 mars 2017, un nouveau commandement sous le président Houari Kaddour a été créée conformément au code des associations n°12-06 en date du 12 janvier 2012, ce nouveau commandement est considéré comme l’unique représentant légal de La ligue Algérienne de la Défense des Droits de l’Homme, tout acte de toute personne agissant au nom de notre organisme sans autant avoir une autorisation du Bureau National présidé par monsieur Houari Kaddour est une atteinte flagrante à l’encontre de la personne morale, une violation des lois en vigueur de la République Algérienne, les médias doivent assumer leur responsabilité quant à la publication des déclarations de personnes n’ayant aucune relation avec le nouveau commandement du Bureau National et au nom de la ligue Algérienne de la Défense des Droits de l’Homme. Dans ce sens, le Bureau National de la ligue Algérienne de la Défense des Droits de l’Homme affirme qu’il ne va pas se contenter du rôle d’observateur sur ces violations et dépassements par des organisations donateurs, il ne va pas s’incliner à la logique du mutisme à l’infini, la ligue informe tout le monde à l’intérieur qu’à l’extérieur qu’elle prendra dans les mois qui viennent des mesures importantes et convenables, car ce financement étranger renferme des fins malveillants tant qu’il ne passe pas par des voies réglementaires suivies par tous les pays développés .

Auteur : LADDH

La Ligue Algérienne pour la Défense des Droits de l’Homme (LADDH) est une association nationale à but non lucratif soumise aux dispositions de la loi 12/06 du 12 janvier 2012 relative aux associations. Elle a été créée en 1985 par un groupe de militants . Officiellement reconnue par les autorités, le 26 juillet 1989, après l’ouverture politique arrachée par les événements du 5 octobre 1988../ contact : laddhalgerie@gmail.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *